Compression médullaire cervicale

 

Il s’agit dans la plupart des cas d’une compression par de l’os (arthrose cervicale), qui réduit progressivement le calibre du canal rachidien (étroitesse canalaire), entrainant une véritable « asphyxie » de la moëlle, dont les conséquences peuvent être gravissimes, allant jusqu’à une tétraplégie partielle : les signes s’installant progressivement, l’atteinte est souvent diagnostiquée tardivement . Plus rarement, il s’agit d’une volumineuse hernie discale cervicale qui entraine alors un tableau aigu et qui constitue une urgence chirurgicale.

 

Comment se fait le diagnostic ?

Il repose bien sûr sur l’interrogatoire du patient et son examen neurologique. Il s’agit en général de patients de plus de 50 ans qui décrivent des difficultés progressives à marcher, les obligeant à s’arrêter après une certaine distance « parce que les jambes ne suivent plus ». Cette distance va se réduire progressivement avec le temps. On ne s’en inquiète parfois pas en pensant que « c’est l’âge ». L’examen neurologique peut retrouver des signes d’irritation de la moëlle, aux bras comme aux jambes, et doit faire demander des examens complémentaires, essentiellement une IRM, qui peut montrer que la moëlle est à l’étroit mais intacte (bon pronostic) ou déjà lésée (taches blanches,moins bon pronostic).

Moëlle comprimée par l’arthrose :

Moëlle comprimée par l’arthrose

Taches blanches dans la moëlle : 

Taches blanches dans la moëlle

 

D’autres examens seront réalisés lorsque le diagnostic est moins évident, permettant de mesurer la vitesse de passage du courant électrique dans la moëlle lorsqu’il est appliqué sur le cuir chevelu (potentiels évoqués).

Quel est le but du traitement ?

 

C’est de redonner un calibre normal au canal rachidien cervical en décomprimant la moëlle et en stabilisant la colonne quand cela est nécessaire. Lorsque la compression est en arrière de la moëlle, au niveau des lames vertébrales, ou qu’elle s’étend sur plus de trois vertèbres, une intervention peut être proposée par voie postérieure (laminectomie ou laminoplastie).

 

Laminectomie cervicale

Laminectomie cervicale

 

Lorsqu’il s’agit d’une compression située en avant de la moëlle, au niveau du disque intervertébral ou du corps vertébral, il est habituel d’intervenir par une voie antérieure microchirurgicale (cervicotomie) qui permet également de remplacer le ou les disques ossifiés par des implants, mais il faut savoir qu’il est parfois nécessaire d’intervenir en deux temps, par voie antérieure puis ultérieurement par voie postérieure.

 

Abord antérieur du rachis cervicall

Abord antérieur du rachis cervical

 

Quels sont les résultats de la chirurgie ?

 

Tout dépend du stade évolutif de la maladie. Lorsque l’on intervient avant l’apparition de lésions médullaires (myélopathie) qui se traduisent par des taches blanches, les chances de récupération des troubles de la marche sont excellentes. Au stade de myélopathie, une récupération est encore possible après l’opération, et nécessitera une prose en charge en rééducation. Dans tous les cas, l’opération évitera les risques d’aggravation et soulagera, lorsqu‘elles sont présentes, les douleurs du bras liées à une compression des nerfs et les douleurs de la nuque.