Hernie discale lombaire (Sciatique et Cruralgie)

 

Qu’est-ce qu’une sciatique ou cruralgie ?

 

Il s’agit d’une douleur d’un membre inferieur secondaire à une compression d’une racine nerveuse lombaire. Les racines L1, L2,L3, et L4 constituent le nerf crural(d’où le nom d’une cruralgie) tandis que les racines L5 et S1 constituent le nerf sciatique (d’ou le nom de sciatique). Selon les racines touchées, nous pouvons décrire donc quatre types de cruralgie et deux types de sciatique :
1. cruralgie L1 quand la douleur irradie du dos vers le pli de l’aine

2. cruralgie L2 quand la douleur irradie du dos vers le milieu de la cuisse

3. cruralgie L3 quand la douleur irradie du dos sur la face antérieure de la cuisse jusqu’au genou

4. cruralgie L4 quand la douleur irradie du dos vers la fesse ,la face antero externe de la cuisse, genou, crête tibiale et la face interne de la jambe

5. sciatique L5 quand la douleur irradie du dos vers la fesse, la face postérieure de la cuisse ,face antero externe de la jambe ,le dessus du pied et le gros orteil.

6. sciatique S1 quand la douleur irradie du dos vers la fesse ,la face postérieure de la cuisse ,du mollet, du talon et dessous du pied vers les petits orteils.

 

      

Quelles sont les causes d’une sciatique ou d’une cruralgie ?

A 90% il s’agit d’une compression d’une racine nerveuse ou niveau de la colonne vertébrale par une hernie discale.

10% il s’agit de causes plus rares au niveau de la vertèbre (tumeur, infection, fracture instable) ou dans le trajet du nerf crural (hématome du psoas) et du nerf sciatique (sciatique gravidique de la femme enceinte, sacro iléite, tumeur du bassin).Il ne faut pas d’oublier la douleur liée a une maladie du nerf, dite la neuropathie, souvent d’origine diabétique, qui nécessite un bilan approfondi par un Confrère Neurologue.

Qu’est-ce qu’une hernie discale ?

Le disque intervertébral est une structure cartilagineuse située entre les vertèbres, jouant le rôle d’articulation et d’amortisseur. Il est composé par un anneau périphérique, bien innervé, et une structure centrale, le nucleus pulposus.

 

Une fissure dans l’anneau est a l’origine de la lombalgie, la douleur du dos qui n’irradie pas à la jambe.
Un déplacement du nucleus pulposus en dehors de l’anneau signifie la hernie discale. Cette position entraine une compression sur la racine nerveuse et est à l’origine de la cruralgie (si la hernie écrase la racine L1,L2,L3 ou L4 selon l’étage) ou de la sciatique (si la hernie écrase la racine L5 ou S1).

Comment faire le diagnostique ?

 

L’anamnèse établit précisément quel type de douleur est ressentie par le patient (cruralgie ou sciatique) et quelle est la racine supposée comprimée(L1,L2,L3,L4,L5 ou S1)

 

L’examen clinique met en évidence la souffrance neurologique :

1. les signes sensitif : perte de sensibilité de la peau dans le trajet du nerf, fourmillements

2. les signes moteurs : perte de la force d’un group musculaire innervé par la racine en cause :

– impossibilité de lever la cuisse en position assise=paralysie du muscle ileo psoas(racines L1-L3)

– dérobement du genou, chute ,impossibilité de monter les escaliers=paralysie du muscle quadriceps (racine L3 ou L4)

– boiterie à la marche, impossibilité de marcher sur la pointe du pied=paralysie du releveur du pied avec atteinte des muscle jambier antérieur, extenseur commun des orteils ou extenseur propre d’hallux (racine L5)

– difficulté de marcher sur les talons=paralysie de la flexion plantaire avec atteinte du triceps sural ou fléchisseur commun des orteils (racine S1). Le testing est effectué par le médecin à l’aide d’une échelle de gravite de 0 (paralysie complète) à 5 (force normale).
3. Atteinte des réflexes osteotendineux (rotulien ou achilléen)

 

Quel imagerie faut-il demander ?

Il est essentiel de demander une imagerie type scanner ou, idéalement , une IRM lombaire afin de préciser l’origine de la souffrance neurologique.

 

Quel est le traitement d’une hernie discale ?

Dans la majorité de cas, le repos et le traitement médical (anti inflammatoires, antalgiques) aboutissent à une guérison spontanée. Selon l’état clinique et la localisation de la hernie, une infiltration pourrait être discutée. Pour 10 à 15% des cas, il s’agit d’une option opératoire. Pour plus d’informations : recommandations HAS lombalgie.

 

Quand opérer ?

Selon les critères de la Haute Autorité de Santé (HAS), la chirurgie est une option dans les situations suivantes :

1.la douleur résistant au traitement au-delà de 4 à 6 semaines

2.le tableau clinique hyperalgique(douleur difficilement supportable, résistant a la morphine) et en urgence !

3. sciatique ou cruralgie déficitaire (paralysante) : perte de force d’un groupe musculaire entrainant une difficulté a la marche

4 .syndrome de la queue de cheval : compression des racines nerveuses par une importante hernie discale avec des conséquences importantes type troubles sphinctériens (incontinence urinaire, fécale, troubles érectiles) associés a une perte de sensibilité de la région génitale et paralysie. C’est une urgence absolue !

 

Comment opérer ?

Le but de la chirurgie c’est de libérer la structure nerveuse comprimée responsable de la douleur ou de la paralysie en retirant du fragment discal.

Afin de minimiser les lésions musculaires, elle se déroule par voie mini-invasive microchirurgicale.

Quelles sont les suites opératoires ?

- lever le jour même ou le lendemain
– sortie à J3
– séances de kinésithérapie quotidiennes
– reprise du travail après 4 a 6 semaines (a évaluer selon le type de travail)
– reprise du sport progressive après 6 semaines

 

Pour plus d’informations sur la hernie discale lombaire : voir le document de la SFCR

Pour le retour à domicile, suivez notre Livret Post-opératoire